Détective Faralicq S.A.S
Détective depuis 1924
Notre réseau nationnal
www.lapreuve.fr

Nos banques de données :
Concurrence deloyale
la-contrefacon.info
www.investig-art.com


NUMERO UNIQUE : 0800 000 005  (numéro vert - appel GRATUIT)
Les quatre procédures de divorce :


Le divorce pour faute :


Ce divorce traditionnel a été maintenu par la loi du 26 mai 2004.

Aux termes de l'article 242 du Code Civil " le divorce peut être demandé par l'un des époux lorsque des faits constitutifs d'une violation grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage sont imputables à son conjoint et rendent intolérable le maintien de la vie commune. "
Ce divorce est fondé sur les griefs invoqués à l'encontre du conjoint.
Il appartient au demandeur de prouver la réalité des fautes qu'il invoque à l'appui de sa demande.
Les fautes susceptibles d'être invoquées sont nombreuses :
manquement au devoirs de fidélité , de cohabiter , d'entretenir et d'éduquer les enfants, manquement au devoir d'assistance , mauvais traitements physiques ou moraux ...
L'époux défendeur peut également invoquer des fautes à l'encontre du conjoint dans le cadre d'une demande reconventionnelle.
Le juge prononcera le divorce soit aux torts exclusifs de l'un des époux, soit aux torts partagés, s'il estime que les griefs sont établis des deux côtés.
Sur le plan de la procédure, on a vu que la procédure de divorce par consentement mutuel faisait l'objet d'une procédure spécifique.
Dans les trois autres cas de divorce, la procédure commence de façon identique, par le dépôt d'une requête non motivée par l'époux demandeur.
La requête est donc identique, quelque soit le type de divorce envisagé.
Dans le but d'apaiser les conflits, la requête n'indique ni les motifs du divorce, ni le fondement juridique de la demande de divorce et doit se borner à contenir les demandes formées au titre des mesures provisoires. (art 251 du Code Civil et 1106 al 1 NCPC)

Le divorce pour altération définitive du lien conjugal:

Le divorce peut désormais être demandé par l'un des époux lorsque le lien conjugal est définitivement altéré, cette altération résultant de la cessation de la communauté de vie entre les époux lorsqu'ils vivent séparés depuis deux ans lors de l'assignation en divorce.
Ce nouveau divorce consacre le droit de rompre le mariage, même dans l'hypothèse où l'on a rien à reprocher au conjoint et où celui-ci refuse de divorcer. Il suffit désormais que la rupture soit consommée depuis au moins deux ans.
Il s'agit bien sûr de la grande nouveauté de la loi du 26 mai 2004.
La séparation pourra résulter d'une simple séparation de fait des époux ou d'une séparation consécutive à une précédente décision judiciaire.
Dès lors que cette séparation est établie, le divorce est inéluctable et le conjoint ne peut s'y opposer. Il peut en revanche former une demande reconventionnelle en divorce pour faute qui sera examinée avant la demande de divorce pour altération définitive du lien conjugal,
L'époux défendeur peut également former une demande de prestation compensatoire et solliciter l'attribution de dommages et intérêts.

Le divorce pour acceptation du principe de la rupture du mariage :


C’est le divorce qui sera choisi quand les conjoints sont d’accord sur le principe du divorce mais ne peuvent se mettre d’accord sur ses conséquences pour les enfants ou la liquidation du patrimoine.
L’un des conjoints saisit le Juge pour lui faire part de son souhait de divorcer sans avoir à se justifier ou s’expliquer sur les raisons de sa démarche.
Une première audience aura lieu et si l’autre conjoint, en présence de son avocat, dit au juge qu’il souhaite également divorcer, le principe du divorce sera définitif.
L’accord des époux, assistés de leur avocat respectif, pourra être constaté par le juge à tout moment de la procédure. Le Juge statuera ensuite sur les conséquences que les conjoints n’auront pu décider amiablement


Le divorce par consentement mutuel :

La procédure est réduite à une seule audience devant le Juge aux affaires familiales.
Il suppose que les deux époux soient d'accords pour divorcer. Toutefois, si le dossier semble incomplet lors de cette audience, le juge peut décider de renvoyer l'affaire à une audience ultérieure.


Retrouvez l'intégralité du texte de la Loi 2004-439:
www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do

Pour toute question pratique: 0 800 000 005 (numéro vert - appel gratuit)

ACTUALITE
12/09/2012 :
Garde des enfants
Et la petite fille demeurera chez son papa ……  (CA de Versailles-19 Juillet 2012)   Par Maître Catherine de GEFFRIER-MAYEUR- 3, Place Saint-Michel-75005-Paris Tel : 01-43-29-23-30   Par ordonnance de non conciliation en date du 27 mai 2010, le juge aux ...
lire la suite...
09/03/2013 :
Le divorce et ...
Memento rapide des Prestations sociales pendant /après un divorce, ou une séparation de corps.   Par : Catherine de GEFFRIER-MAYEUR Avocat à la Cour 3, Place Saint-michel 75005 PARIS Tel : 01-43-29-23-30 [email protected]   §  Les assurances sociales : Le thème abordé ne concerne que les ...
lire la suite...
15/02/2013 :
LE CONSTAT d'ADULTERE: ...
Dans le cadre d'un mariage, entre l'obligation de fidélité et le divorce pour faute, il n'y a qu'un pas, ou plus exactement trente articles du Code civil. En effet, l'essence même de la vie conjugale est consacrée par l'article 212 du Code Civil, ...
lire la suite...
24/03/2011 :
Divorce: Donation au ...
UN ACTE DE GENEROSITE ENVERS SON CONJOINT PEUT-IL ETRE REMIS EN CAUSE DURANT LE DIVORCE ?     Les époux mariés sous un régime de séparation de biens oublient trop vite de conserver la preuve de leurs ressources et fonctionnent souvent comme s’ils ...
lire la suite...
10/03/2011 :
LES MODES DE ...
LES MODES DE CALCUL D'UNE PRESTATION COMPENSATOIRE (10/03/2011) Les modes de calcul de la Prestation compensatoire par Maître Catherine de GEFFRIER, Avocat à la Cour. Si les critères pour calculer une prestation compensatoire sont définis par l’article 271 du Code Civil : ·        ...
lire la suite...
09/03/2011 :
Prestation compensatoire : ...
Par Maître Marielle TRINQUET Avocat au Barreau de Paris Aux termes d'un arrêt en date du 16 avril 2008, la Cour de cassation a posé le principe suivant lequel "Les juges du fond n'ont pas à tenir compte de ...
lire la suite...
25/05/2011 :
Le divorce pour ...
Contrairement à toutes les idées reçues depuis la promulgation de la loi du 26 mai 2004 entrée en vigueur le 1er janvier 2005 (et pourtant six années se sont écoulées), le divorce pour faute existe bel et bien encore ...
lire la suite...
02/03/2011 :
Le pouvoir d'administrer ...
Mme X soutenant que chacun des époux a le pouvoir d’administrer seul les biens de la communauté, a voulu agir en remboursement du compte courant d’associé dont son mari était seul titulaire. Madame X a été déboutée dans sa demande ...
lire la suite...
06/10/2010 :
Divorce: nouvelles mesures ...
Procédure civile : Nouvelles meures de protection des victimes de violences Par dominique.ferrante le 06/10/10 L'article 515-11 du Code civil , crée par la loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 , en application au 1er Octobre 2010 , permet au ...
lire la suite...
03/11/2010 :
Divorce pour faute ...
Divorce pour faute et comportement durant la procédure de divorce Par dominique.ferrante le 03/11/10 Le comportement d'un des époux pendant la procédure de divorce peut être invoqué à l'appui d'une demande en divorce pour faute . Il convient donc de ...
lire la suite...
04/11/2010 :
Autorisation de sortie ...
DROIT CIVIL - DROIT DE LA FAMILLE - DIVORCE INTERDICTION A CHACUN DES PARENTS DE FAIRE QUITTER A L’ENFANT LE TERRITOIRE NATIONAL FRANÇAIS SANS AUTORISATION DE L’AUTRE PARENT Le Code Civil prévoit certaines dispositions relatives à l’autorité parentale conjointe sur les ...
lire la suite...
26/03/2013 :
Divorce pour altération ...
Divorce pour altération définitive du lien conjugal et bien immobilier indivis Par Dominique FERRANTE, Avocat à Paris Le divorce peut être demandé en application des articles 237 et 238 du Code Civil lorsque le lien conjugal est ...
lire la suite...
10/09/2010 :
Droit de visite ...
Droit de visite et d'hébergement des grands parents: Quand peut-il être refusé? Par Dominique FERRANTE, Avocat à Paris Avant la loi du 5 mars 2007 relative à la protection de l'enfance , seul un motif grave pouvait faire ...
lire la suite...
02/04/2013 :
PREUVES ? son ...
La preuves & son administration en Justice, par Eric QUENET, Détective associé au Cabinet FARALICQ à Paris : Seules comptent les preuves ! Depuis la loi du 26 mai 2004, et contrairement à ce que certains médias ont indiqué, précisant que ...
lire la suite...
25/08/2010 :
Violences conjugales : ...
Par Maître Caroline ELKOUBY SALOMON, Avocat au Barreau de Paris www.elkoubysalomon-avocat.com La loi 2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences aux sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants a ...
lire la suite...
Sep
22
2013